Un nouvel arrivant dans le réseau de partenaires

Aujourd’hui je vous présente un texte à mon avis intéressant par sa nouveauté et la créativité de sa terminologie, extrait d’une page du tout récent blog de Kevin Chevalier «Éclair de mots» et intitulé «La Néo-Psychologie».

Le blog lui-même dans son ensemble peut être stimulant à visiter, notamment la rubrique «Abécédaire du Plus-Que-Mental» à travers laquelle, c’est le moins que l’on puisse dire, l’auteur ne se prend de toute évidence pas trop au sérieux avec sa conscience et son intelligence.


LA NÉO-PSYCHOLOGIE

Qu’est-ce que la Néo-Psychologie ?

La Néo-Psychologie est une science novatrice dans le domaine de l’étude de l’humain et sa réalité.

Cette science n’est basée sur aucun fondement historique établie par l’Homme jusqu’à aujourd’hui, quel que soit le domaine qu’elle se décide d’aborder.


Origines

La Néo-Psychologie n’est pas l’œuvre du mental humain tel que celui-ci est appréhendé par la Psychologie classique, ou Proto-Psychologie. Elle tire son savoir d’une source qui peut être qualifiée d’extra-humaine, ou extra-mentale, bien qu’intrinsèquement lié à l’Homme.

Cette science n’a rien de mystérieux dans sa nature, sa fonction et sa manifestation pour la personne qui en supporte l’expression, dans la mesure où cette personne est capable d’être instruite à son sujet par cette science elle-même.


Nature

La Néo-Psychologie est avant tout une forme, un terme qui sert de support à une réalité intellectuellement insaisissable. Sa nature réelle peut être appréhendée comme étant une énergie vitale libre, instantanée et créatrice, se véhiculant elle-même par vibration vers le mental de l’Homme. Cette énergie est en elle-même extra-mentale et extra-universelle.


Fonction

Cette science peut être très sommairement approchée comme ayant une fonction évolutive, améliorative, expansatrice ou encore libératrice de ce que l’Homme appelle la conscience. Ceci ne peut définir exactement la fonction de cette énergie en ce sens qu’elle est elle-même la conscience dont l’Homme bénéficie, dans la mesure où il devient capable d’en capter la fréquence, entrant alors enfin dans les prémices d’un contact valable et non définitif avec sa conscience réelle.


Manifestation

L’énergie qui anime la Néo-psychologie et en permet le développement se manifeste à travers les individus capable d’en supporter la puissance vibratoire. Ceci n’exclue personne et deviendra éventuellement le devenir de chacun, selon le temps personnel qui correspond à ce genre de contact vibratoire.


Une science impersonnelle

Ainsi, la Néo-psychologie ne peut être la propriété de personne et peut être vue comme une science universelle descendant sur la planète pour établir ou marquer le passage de l’Homme à une nouvelle réalité, infiniment Procréactive.

Cette réalité étant infinie dans sa nature et créatrice dans son expression ne peut connaître de définition arrêtée et doit être considérée comme impersonnelle, surtout par ceux qui en font l’expérience en tant que support et manifestant. Ainsi peut-elle d’ailleurs se reconnaître et être discernée par ceux qui entreront en contact avec, quel que soit le matériel affirmant en être l’expression, tel que ce blog qui peut être lu avec curiosité, intérêt, plaisir éventuellement, mais surtout avec discernement, intelligence et un esprit critique pour ne faire d’aucun écrit une croyance ou une nouvelle vérité.


De la réalité au Réel

Pour mettre un point à ce préambule sur la Néo-psychologie, il convient de l’appréhender sur ce blog comme un outil d’étude de tout ce que l’humanité a aujourd’hui à sa disposition, comme tout ce qui la représente et la constitue. Cela pour ouvrir le plus possible les portes encore verrouillées de certaines réalités et accéder au Réel, prologue de la Vie.

A chacun d’ouvrir sa propre porte.

(Kévin)


PIERRE-LUC

ME REJOINDRE

CHAÎNE YOUTUBE

COACHING PERSONNEL

Autisme et supramental

QUESTION par «Ajusteur» (Québec, Canada)

Suite à une expérience personnelle, que devons-nous savoir à propos de l’autisme via la vision supramentale?

PIERRE-LUC:

L’autisme est un terme actuellement utilisé bien abusivement et arbitrairement par la science contemporaine, la médecine et la psychologie notamment. Il inclut beaucoup trop de concepts, de niveaux de gravité et de types de manifestations dont on ne comprend pas clairement l’origine et qui ne s’articulent pas nécessairement très bien ensemble, le faisant ressembler sous bien des aspects à une catégorie fourre-tout, affublée d’ailleurs du ridicule nom clinique de «troubles du spectre de l’autisme».

D’une manière assez semblable, ce fut d’ailleurs aussi le cas pour toute la problématique des «troubles de l’attention» au cours des dernières décennies.


Plusieurs enfants et adultes hypersensibles et «ne fonctionnant pas comme tout le monde» sont erronément rangés sous l’étiquette d’autistes en raison d’une ressemblance de certains de leurs comportements socio-affectifs avec ceux de personnes atteintes de troubles plus sévères d’autisme.

Lire la suite de « Autisme et supramental »

Une «nouvelle fondation» ?

Revenons un peu sur cette histoire de «nouvelle fondation», ce projet volatil au nom improbable sur lequel je me suis intuitivement laissé promener depuis près de trois mois, mais qui ne m’a pas encore été expliqué très clairement par les «hautes sphères», sinon comme un gentil petit jeu créatif mis à ma disposition pour aider ma propre conscience à se focaliser davantage et à s’élever.

Ne serait-ce que pour cela, ce serait déjà beaucoup. C’est déjà beaucoup en réalité, puisque j’y vois des résultats personnels intéressants et que j’ai toujours du plaisir à jouer le jeu.

Mais y aurait-il quelque chose de plus?


Pour toute réponse, on m’indique qu’il y a plusieurs niveaux à considérer, plusieurs angles intéressants à partir desquels regarder une «nouvelle fondation».   Lire la suite de « Une «nouvelle fondation» ? »

La séduction

QUESTION par Julien V. (Saint-Jean-sur Richelieu, Canada)

Ma conjointe et moi sommes en couple depuis bientôt 6 ans. Je crois que notre union est solide. Nous nous aimons tous les deux et nous communiquons bien.

Malgré tout, quelque chose m’intrigue dans ses agissements. Quand nous sortons ensemble, elle a constamment besoin de séduire autour d’elle, d’avoir les regards des hommes sur elle. Pas qu’elle me tromperait avec qui que ce soit, mais elle semble en avoir sans cesse besoin. C’est comme une sorte de défi personnel qui la remplit et dont elle est fière. Elle me dit que cela fait partie de «sa personnalité». Notre entente sexuelle n’est pas en cause à ce qu’elle me dit.

J’ai confiance en elle et je ne me sens pas jaloux, mais j’aimerais savoir à titre d’information qu’est-ce que la séduction d’un point de vue d’une conscience évoluée et s’il y a des dangers pour ma compagne avec tout ça.   Lire la suite de « La séduction »

Les lourdeurs de l’âme

QUESTION par Pascale (Pierrelatte, France)

J’ai remarqué que beaucoup de personnes ayant appartenu à des mouvements dits ésotériques ne veulent qu’une chose, c’est de bénéficier d’une manière additionnelle des énergies de «l’Ère du Verseau», que ces personnes ont de la misère à se défaire de leurs précieux bagages qui sont le résultat de la connaissance apprise et que ceci rend quasi impossible la conversion des mémoires du couple âme/ego.

Nous avons tous des bagages mémoriels, certains sont plus lourds que d’autres, et notre futur véhicule volant n’acceptera pas le surpoids ! Alors, de ton point de vue panoramique, peux tu donner quelques conseils qui nous permettraient de laisser des bagages inutiles sur le tarmac ?


PIERRE-LUC:

L’individu croit souvent avoir besoin de beaucoup de bagages au moment de partir en voyage.   Lire la suite de « Les lourdeurs de l’âme »

Se remettre d’un échec

QUESTION par Annabelle P. (Montréal, Canada)

Mon mari et moi avons bataillé pendant des années pour monter un petit commerce de restauration qui servait café, sandwiches et viennoiseries. Le succès n’a jamais été totalement au rendez-vous mais nous avons malgré tout continué à persévérer et à nous investir en temps et argent.

Mais voilà que dans les derniers mois, en même temps que l’arrivée massive d’une forte concurrence par des grandes chaînes, nous avons été confrontés à de nouvelles exigences de la municipalité qui nous obligeraient à investir des sommes dont nous ne disposons absolument pas. Nous avons donc finalement décidé de jeter la serviette et de digérer notre échec.

Comment, dans une optique de conscience, pouvons-nous nous remettre le plus vite possible de cette mauvaise expérience qui certains jours pourrait donner l’impression de vouloir nous anéantir?


PIERRE-LUC :

Évidemment, il y a grande souffrance. Vous vous êtes fortement investis, en temps, argent, espoirs, efforts et sueurs de toutes sortes dans une expérience qui était de grande importance pour vous. Vous vivez actuellement un choc de vie.

Au plan psychologique, le moi ressent à ces moments une grande déception, accompagnée de frustration, de colère, de sentiment d’impuissance et de tristesse. En un mot, il vit un deuil.

Et dès lors, les impressions d’échec et de perte qui se côtoient et se remuent sans cesse dans votre esprit et votre émotion n’attendent plus que l’occasion d’un effondrement psychologique de votre part pour occuper tout le terrain de la destruction. Un temps de recul s’avère donc nécessaire.


Au niveau énergétique, il y a indiscutablement un bris de mouvement, au moins temporairement, avec obligation pour vous deux d’une pause plus ou moins longue en vue d’une recharge de vitalité et d’une recentration de la direction à prendre dans la suite du mouvement évolutif de chacune de vos vies.


Du point de vue d’une conscience élevée, la situation est très différente. À ce niveau, «l’échec» n’existe pas. L’évolution est un processus continu dans lequel il n’y a que mouvement créatif et où «l’échec» n’est qu’une interprétation parmi d’autres d’un événement comme il en existe une multitude d’autres et sous différentes formes dans le cosmos.

L’interprétation en termes d’échec est uniquement fondée sur une illusion de l’esprit qui prend racine dans l’émotion et les mémoires archaïques d’un moi forcé à la survie et dont les attentes, si fondamentales et légitimes puissent-elles être, n’ont pas été remplies. L’expérience ressemble à la déception du trappeur-chasseur des temps anciens qui revient bredouille d’une dure expédition où il a peiné sang et eau, avec la mortification et l’inquiétude de ne pas avoir pu nourrir sa famille ce jour-là.

En observant plus à froid votre situation actuelle, on peut la considérer sous deux angles principaux.

Ou bien vous avez vécu une expérience davantage «terrestre», destinée globalement à augmenter votre discernement, votre compétence plus raffinée des conditions de vie sur terre et votre bagage général d’âme en vue d’une prochaine action créative au cours de la présente incarnation ou d’une éventuelle prochaine visite.

Ou bien vous êtes soumis par votre instance mentale supérieure à ce que j’appelle une «expérience intensive d’électrification» par laquelle, malgré tous vos efforts, toute votre bonne volonté et toute votre intelligence, se trouve tout-à-coup brutalement testée votre contenance à l’opposition qui est faite à vos désirs, donc votre contenance à «l’échec», et où sont préparés vos circuits nerveux, émotionnels et physiques à un passage obligé à un autre niveau vibratoire à plus ou moins court terme.

Évidemment, les deux axes peuvent aller de pair et la vie se jouer sur les deux niveaux à la fois.


Quoi faire pour éviter le piège de l’affaissement et redresser votre navire personnel avec le moins de dégâts possibles?

Un premier principe universel à appliquer sans faille est de ne jamais regarder la «perte», mais de toujours regarder le «gain». La perte est la soeur jumelle de l’échec et comme lui, elle est une illusion de l’esprit.

Vous êtes sur un voilier au milieu d’une mer agitée. Vos soutes sont chargées de lingots d’or. Vous êtes sur le point de couler à cause du poids que vous transportez et des vagues qui vous assaillent. Pour alléger le bateau et sauver votre vie, vous vous résolvez à jeter par dessus-bord vos précieux lingots. Avez vous fait une «perte» ou un «gain»? Évolutivement parlant, avez-vous pris la bonne décision?

Au niveau physique terrestre, vous avez sauvé votre vie. Y a-t-il quelque chose à regretter? Au niveau évolutif, chaque fois que vous prenez des décisions semblables à propos d’événements sur lesquels vous n’avez pas de contrôle, vous changez votre niveau vibratoire, vous changez de niveau de puissance, vous changez de palier de conscience. C’est vraiment là qu’il faut regarder.


Cependant, comme nous sommes tous des terriens encore bien imparfaits, je vais aussi vous proposer quelques «trucs terrestres» qui, si vous les appliquez, vont vous aider à vous alléger et à vous rétablir plus rapidement de votre «choc de vie»:

1. Vous allez prendre la décision d’accepter intégralement l’expérience psychique en cours et de vous donner le temps requis pour la digérer, de quelques semaines à quelques mois si nécessaire, prenant volontairement une pause pour laisser se dégager la vieille énergie reliée à tout ce qui vient de vous accabler.

2. Vous allez mettre en marche une nouvelle énergie de transition vers votre futur statut vibratoire en vous immergeant pour quelque temps dans quelque chose de très léger mais que vous n’avez jamais fait avant, un cours, un voyage, des spectacles, un sport, le choix est le vôtre.

3. Vous allez refaire votre vitalité physique et émotionnelle par des immersions dans l’air pur, la détente, la campagne, le contact avec les animaux, chiens, chats, chevaux, le soin des plantes (celle des pieds notamment par la marche paisible et joyeuse), de même que dans l’eau sous toutes ses formes, avec au besoin l’assistance de remèdes naturels.

4. Vous allez vous imposer un nettoyage rapide et radical de toutes les idées noires qui cherchent à envahir votre tête, vous faisant aider au besoin.

5. Vous allez à toute heure du jour (ou de la nuit) vous remettre en joie et en légèreté en chantant, en dansant, en faisant des folies, et aussi en parlant, de préférence avec des personnes de haute vibration, tout cela représentant d’excellents antidotes naturels au sentiment d’échec.

Prompt rétablissement!

Les dépendances

QUESTION par «antitrust» (Montréal, Canada)

Comment progresser dans son observation supramentale pour répondre à ses questions sur l’existence? Par exemple, je suis fumeur, mais ne je parviens par à voir les programmes de dépendance ou autres qui me font persister dans cette habitude.

Quand et comment intervient l’intelligence réelle ?


PIERRE-LUC :

Je vous réponds sur le point précis de la dépendance à la cigarette, en même temps que sur celui des dépendances en général.

Du point de vue d’une conscience plus élevée, du supramental notamment, on peut regarder une habitude comme celle de la cigarette sous plusieurs grands axes qui, séparément ou ensemble, peuvent en expliquer l’origine et la fonction.

1. Au niveau physique, on peut être tout bêtement pris dans une dépendance physiologique où l’action chimique répétée des substances qui composent et enrobent le tabac a pris en servitude le noyau de la cellule et les centres du cerveau.

2. Au niveau social, on a peut-être voulu étant plus jeune, souvent à l’adolescence mais quelquefois aussi à l’arrivée dans un nouveau milieu de travail ou un nouveau cercle d’amis, se donner par la cigarette (et autres moyens semblables) une contenance sociale permettant une soi-disant meilleure intégration avec ses pairs, et l’on est ensuite rapidement tombé dans le piège du point n°1.

3. Au niveau psychologique, on aura peut-être pris l’habitude plus ou moins consciente de vouloir atténuer des stress de vie répétés qui ont toujours tendance à s’accumuler dans le physique et l’émotionnel, notamment au niveau des poumons et de la respiration, en les exhalant sous forme de fumée plutôt qu’en les réglant par des décisions appropriées.

4. En parallèle, on aura peut-être ressenti depuis plus ou moins longtemps à l’intérieur de soi un sentiment de vide, une sorte d’anxiété existentielle diffuse, dont on n’a pas pu jusqu’à ce jour toucher la cause du doigt. Les effets légèrement anesthésiants des substances de la cigarette, combinés à la sensation rassurante d’avoir à la fois une sorte de plénitude physique dans les poumons et quelque chose de tangible à porter à ses lèvres et à sa bouche, ravivant alors le souvenir du sein ou du biberon de l’enfance, s’essaieront alors à apaiser l’inquiétude et à donner, au moins temporairement, une impression de sécurité et de solidité affective.

5. À un niveau complètement différent, dans certaines situations où l’évolution vibratoire se fait en accéléré, il arrive par ailleurs que certains individus utilisent volontairement et sciemment la densité énergétique amenée par le tabac et la fumée pour tenter de garder leur énergie globale plus connectée au plan physique et l’empêcher de se disperser ou de se détacher trop vite du plan terrestre, suite au processus quelquefois très intensif et très électrique provoqué par certaines descentes de puissance provenant de plans supérieurs.


Dans tous les cas cependant, quels qu’en soient les avantages, il y a visiblement danger de sur-utilisation et de dépendance, avec leurs effets toxiques déjà bien connus sur la santé, d’autant plus qu’il existe par ailleurs d’autres options plus avantageuses et plus évolutives pour affronter les mêmes situations.


Du point de vue d’une conscience élevée, le phénomène de la dépendance, qu’elle soit en rapport avec le sucre, l’alcool, le tabac, les médicaments, la consommation de biens, la pornographie, le sexe, l’amour, l’existence à tout prix d’un couple, un acharnement maladif au travail, une cause sociale exaltante ou une conviction spirituelle trop glorieuse (on parle alors d’engouement ou de fanatisme) met presque à tout coup en évidence, quel qu’en soit le degré, un profil de dégradation personnelle graduelle qui implique l’ensemble des facteurs suivants:

1. vous ouvrez un canal énergétique à un agent extérieur, à une entité quelconque, d’origine physique, chimique, émotionnelle ou psychique, qui va prendre temporairement ou définitivement le contrôle, en tout ou en partie, de votre territoire personnel,

2. vous souscrivez à cette pénétration, à cette intrusion, vous y consentez et vous vous y soumettez, vous acceptez qu’elle devienne une habitude qui va définir une partie de votre vie, en d’autres mots, vous abandonnez une partie de vous-même à quelqu’un ou à quelque chose d’autre qui va prendre emprise sur vous,

3. vous laissez votre identité réelle d’homme ou de femme en évolution être partiellement définie et infléchie par cette habitude, permettant la construction en périphérie de vous d’un personnage virtuel, visible uniquement par vous ou accessible à votre entourage, «le fumeur» par exemple, qui vous suit et s’accouple à vous vibratoirement parlant,

4. vous gaspillez dans ces cohabitations une partie de votre énergie d’évolution,

5. vous perdez de votre liberté,

6. vous perdez de votre force,

7. vous perdez de votre dignité.


Pour la personne en évolution de conscience qui souhaiterait changer rapidement les choses, il existe heureusement de nouvelles façons intéressantes de neutraliser ses dépendances, méthodes basées à la fois sur l’affirmation claire d’une volonté réelle de haut niveau et sur la mise en place de «substituts» à haute teneur vibratoire qui peuvent être assez facilement appliquées en s’inspirant par exemple des lignes d’action suivantes:

* reconnaître formellement et une fois pour toutes, sans plus tergiverser ni finasser, qu’il y a effectivement dépendance et qu’il y a dangers et dégâts, présents ou à venir, associés à cet état addictif,

* décider irrévocablement la fin immédiate et complète de l’association avec l’entité addictive, qu’elle soit de nature physique, chimique, psychologique ou psychique,

* modifier radicalement tous les modes de vie et de pensée qui maintiennent les terrains propices à l’addiction, acceptant d’être informé et soutenu à ce sujet au besoin par des ressources compétentes,

* maintenir en permanence sa vibration personnelle à des niveaux élevés qui dépasseront la basse fréquence émise par le comportement addictif, rendant automatiquement celui-ci de moins en moins attrayant et éventuellement obsolète,

* se tenir en mouvement de création constante sur des modes vibratoires élevés et en accord parfait avec sa vibration personnelle, en d’autres mots, accorder sa manifestation créative dans la vie à ce que l’on sait faire le mieux ou à ce que l’on est mandaté à faire, en d’autres mots encore, être ajusté au plus haut niveau de son plan de vie,

* développer une puissance grandissante dans la parole intelligente et l’expression vibratoire.

Les mécanismes de défense

QUESTION par Alain (Trois-Rivières, Canada)

La vibration d’une personne relève d’une expérience unique car seule cette personne peut en vibrer l’essence et en dégager l’intensité qui lui appartiennent.

Dans son état de densité terrestre, on peut facilement remarquer chez quelqu’un les mécanismes de défense et les expériences douloureuses qui ont marqué son parcours individuel. Dans son opposé, aux niveaux plus subtils, vu que le parcours vibratoire dirige toujours vers une vibration de plus en plus dissociée de toute différence identifiable, peut-on assumer qu’à ces niveaux les mécanismes de défense existent mais ne sont pas identifiables ou bien qu’ils appartiennent seulement à des niveaux plus denses?


PIERRE-LUC :

La notion de «mécanisme de défense» a été introduite en psychologie par Freud et les écoles psychanalytiques au siècle dernier pour désigner à l’origine une manoeuvre inconsciente du «moi» pour se protéger des montées d’angoisse pouvant survenir à tout moment suite à des traumatismes, expériences trop souffrantes ou conflits psychologiques internes latents, mis en mémoire et jamais résolus. Le mécanisme de défense a alors pour fonction d’assurer la survie psychologique de la personne en évitant l’effondrement du moi, qu’il soit réel ou appréhendé.

En thérapie énergétique, ces mécanismes sont bien identifiables visuellement, manuellement ou autrement. Ils sont souvent perçus comme des noeuds, des blocages ou encore des énergies sombres ou cristallisées qui freinent ou interfèrent dans la libre circulation de l’énergie vitale, émotionnelle et psychique.


Aux niveaux plus subtils, je ferai d’abord une première précision. Oui, le parcours vibratoire d’une personne s’oriente «vers une vibration de plus en plus dissociée de toute différence identifiable». Ceci n’est cependant vrai que partiellement et temporairement, c’est-à-dire uniquement pendant le parcours de l’âme dans les mondes animiques qui sont sa famille et où elle cherche depuis toujours son retour dans une forme de dissolution extatique finale, comme ce fut le cas dans les millénaires précédents.

Dans les mondes supra-animiques, qu’on les appelle systémiques, supramentaux ou morontiels selon le point de vue choisi, on entre dans une polarité inversée dans laquelle l’âme dépasse ses anciennes affinités et les liens collectifs qui l’ont amenée à un plafond d’évolution pour se voir dorénavant forcée de retourner vers une individualité, cette fois cosmique plutôt que psychologique ou animale comme l’était l’ancienne, et qui devient désormais obligatoire pour participer aux interactions vibratoires de haut niveau des mondes plus intelligents de l’esprit.


Les mécanismes de défense évoluent selon un schéma assez semblable. Déjà dans les couches plus évoluées des mondes de l’âme, l’individu qui y a accédé l’a fait conditionnellement au nettoyage graduel à travers une série plus ou moins longue d’expériences incarnationnelles d’une grande part de ses déséquilibres énergétiques, donc de ses blocages et mécanismes de défense.

Le problème de l’âme est qu’elle est une mémoire ambulante qui cherche par programmation et par réflexe à tout garder imprimé en elle, dans ses moindres particules internes, en particulier ses souvenirs, heureux comme souffrants, et ses liens de toute nature qui, comme leur nom l’indique, l’attachent et l’assujettissent toujours quelque part.

Dans la même veine, l’âme cherchera aussi à garder, cette fois à l’état de trace comme peuvent le devenir certains éléments radioactifs dans le corps, ses anciens blocages et mécanismes qui seront devenus cette fois beaucoup plus difficiles à débusquer que dans les mondes de plus grande densité.


Dans les mondes supra-animiques où l’individu est convié, cette dynamique n’est plus possible. Le poids constitué par ces mémoires résiduelles et ces liens non-dissous va dorénavant constituer un handicap incontournable pour le franchissement du passage vers ces éthers supérieurs. La lourdeur et l’encombrement de l’âme seront devenus des empêchements majeurs à la transmutation vibratoire, remplaçant maintenant à un niveau différent les anciens mécanismes de défense des mondes plus denses qui empêchaient la circulation du fluide vital et psychologique de l’individu.


Comment sortir de l’impasse?

À ces niveaux plus élevés, l’épuration des blocages résiduels d’un individu se fait à partir de trois sources principales :

Une première se fait totalement hors du contrôle du moi, par le feu des énergies intelligentes de haut niveau qui descendent sur l’individu, qu’il le veuille ou non.

Une seconde est amenée par l’information que reçoit l’individu par des canaux de toutes sortes sur la nature du processus en cours et sur la voie à suivre.

Une troisième est la propulsion énergétique puissante résultant des décisions prises par l’individu pour s’accorder à ces deux premières lignes de force.

À mesure que cette épuration avance, que l’individu sort de son psychologique et qu’il s’affranchit des paramètres, modes de pensée et mécanismes de défense de son ancienne race terrestre, on voit alors apparaître les éléments d’un nouveau tableau dans lequel :

  1. la peur et le doute ont été éliminés,
  2. l’intelligence est devenue instantanée, non-colorée et non-réfléchie,
  3. la mémoire terrestre jadis omniprésente et nécessaire a été transférée dans une mémoire universelle, accessible uniquement au besoin, comme des fichiers informatiques qui sont transférés sur un serveur web et que l’on n’a plus besoin de conserver sur un ordinateur personnel,
  4. les liens affectifs, sexuels ou matériels de toute nature ont été transmutés et remplacés par des alliances d’esprit où prédominent les trois grands principes d’amour, de volonté et d’intelligence,
  5. la personne se reconnaît dans une nouvelle identité, hors du temps et des anciennes limites de l’âme.