La colonisation astrale

QUESTION par Isabelle (Canada)

Il y a quelque temps, j’ai rencontré un «medecine man» de la nation Hopi en Arizona. Un soir, j’ai eu une relation sexuelle au niveau énergétique psychique avec lui et j’ai vu physiquement un cordon et un nuage blanc me pénétrer par les parties génitales. 

Depuis ce temps, je n’arrive pas à me défaire de cette énergie-là. J’ai coupé tout contact physique avec cet homme mais je me sens toujours stimulée trop facilement au niveau sexuel et je me sens trop souvent excitée. J’ai même eu des pensées de suicide dans le passé.

Je n’arrive pas à fermer la porte et j’ai l’impression qui il y a un autre homme qui utilise le chemin. J’aimerais savoir comment fermer la porte définitivement SVP. J’ai essayé plein de choses depuis 3-4 mois mais je n’y arrive pas.


PIERRE-LUC:

Votre question est un exemple de situations qui me sont souvent apportées de façon confidentielle en coaching. J’y réponds cette fois de façon publique sur le blog, contrairement à ce que je fais d’habitude, pour mieux éclairer les lecteurs et lectrices sur cette problématique.

Vous avez très bien vu la mécanique et l’origine de la situation qui vous accable. Un canal a bien été établi dans vos voies sexuelles, peut-être à votre insu au départ, peut-être aussi contre votre volonté réelle au niveau de l’esprit ou avec un consentement insuffisamment éclairé.

Il s’agit d’une expérience à risque à laquelle vous vous êtes prêtée, peut-être en conséquence d’une naïveté spirituelle où prédominait un désir trop intense de vous «sanctifier» ou de vous élever plus rapidement par la semence énergétique d’un être que vous considériez d’exception.

Vous avez plutôt hérité d’une porte d’entrée non désirée dans votre jardin sexuel, donc dans votre propre territoire affectif, énergétique et psychique de femme, qui permet à des entités non sollicitées, le plus souvent astrales mais quelquefois incarnées, de s’abreuver à votre source, sans payer aucun tribut et au risque de votre affaiblissement graduel plus ou moins rapide.


L’homme-gourou est souvent un prédateur puisant son énergie d’élévation et d’expansion astrale dans la fontaine du féminin de la femme qui, construite et imprégnée par l’énergie de l’amour, est toujours prête à ouvrir les vannes pour la déverser, croyant chaque fois bien illusoirement s’élever davantage elle-même en le faisant, mais avec la mauvaise personne.


Ce que je perçois de votre expérience souffrante actuelle est qu’elle est causée par une «colonisation astrale», en d’autres termes par une contamination héritée d’un gourou lui-même fortement imprégné et infecté, qu’il le sache ou non, par des entités prédatrices qui se nourrissent à travers lui, et par conséquent à travers vous. 

L’infection résultante chez la personne piégée peut varier en intensité, allant de l’emprise légère à des périodes de quasi-possession, occasionnelles ou plus constantes, que ce soit par la pensée, par l’émotion ou par la manipulation directe des centres d’énergie.

Je ne tiens pas à vous apeurer. Vous n’êtes pas nécessairement en état de possession sévère. Vous disposez d’ailleurs d’une force intérieure personnelle assez grande. Mais je perçois clairement le jeu de l’entité en cause comme étant très intrusif et très puissant, et donc la nécessité d’un nettoyage intégral qui devrait être fait sans trop tarder.


Il n’y a pas 36 rituels, exercices, cristaux, substances diverses ou bonnes intentions qui peuvent à eux-seuls venir à bout de ce type de prédation installée par un être de pouvoir.

Je recommande toujours dans ce cas de faire appel à un thérapeute énergétique dont la pureté vibratoire et la puissance d’action sont toutes les deux bien établies pour nettoyer et réaligner ce qui doit l’être dans la psyché et les diverses couches du champ magnétique de la personne.

Et il y en a peu de ces thérapeutes. Plusieurs intervenants dans l’énergie, sous des appellations et affiliations diverses, ne font malheureusement que remplacer, souvent sans le savoir eux-mêmes, les entités dominantes et intrusives présentes par d’autres se voulant plus subtiles et plus bénéfiques, via des systèmes de croyances par exemple, mais potentiellement tout aussi assujettissantes.

Si vous me faites savoir dans quelle ville vous résidez, je tenterai de trouver quelqu’un de mon réseau qui vous soit accessible géographiquement pour faire ce travail si vous le souhaitez.

En attendant, dans la mesure du possible, il vous est recommandé de commencer à couper à tous points de vue, émotionnel, affectif, social et psychique, et non seulement au niveau physique comme vous le mentionnez, avec la personne de pouvoir que vous avez rencontrée en Arizona et dont vous m’avez mentionné le nom. Ce sera bien entendu à votre guise et selon votre capacité de détachement.

ME REJOINDRE

L’amour à ses niveaux plus élevés

QUESTION par Romane (Bordeaux, France)

Mon mari et moi sommes dans une sorte de remise en question tranquille de notre vie de couple. Tous les deux à la fin de la quarantaine, sans incidents majeurs dans la relation, nous nous sommes au fil des années graduellement habitués l’un à l’autre dans une sorte de bonne entente plutôt cordiale, mais peut-être nous sommes-nous aussi un peu éloignés l’un de l’autre par rapport à certains besoins fondamentaux, les miens en tout cas, navigant tous les deux dans un mode de vie qui me semble relever de plus en plus d’une routine que de l’évolution personnelle que j’ai toujours souhaitée.

Nos deux enfants seront bientôt dans la vingtaine et je sens une forte poussée de changement vers d’autres points d’intérêts et un autre niveau de conscience. Je voudrais savoir comment déterminer si l’amour entre nous peut être encore évolutif pour moi.


PIERRE-LUC :

En gros, voyons d’abord ce qui pourrait vous retenir VOUS au moment d’avancer dans le mouvement de changement que vous semblez souhaiter.

Est-ce vraiment votre relation actuelle qui empêche la mise en action de la démarche qui se dessine pour vous ou bien avez-vous surtout peur de prendre des risques devant l’inconnu, de les assumer et de perdre éventuellement quelque chose, le couple et la sécurité qu’il fournit sur différents plans notamment, si tout-à-coup  vous vous mettiez à avancer «seule» dans des sentiers inexplorés?

Vous pourriez alors être tentée de demander à votre mari ou au couple de prendre à votre place une partie des risques inévitablement reliés au fait d’avancer sans parachute dans l’inconnu vers un nouvel état vibratoire.

La peur de l’inconnu et la peur de perdre sont toujours en tête de liste des causes majeures du ralentissement sur la route de l’évolution.

Avez-vous sur la planche à dessin (ou à dessein) un projet créatif personnel que vous avez tardé jusqu’ici à mettre en marche et pour lequel vous seriez tentée d’imputer à tort à la dynamique du couple ce retard de livraison?


Je vous concède qu’il arrive souvent qu’un couple, pris dans une routine plus ou moins somnifère et quelquefois dans les limitations d’un partenaire qui ramène sans cesse, involontairement ou pas, la vibration de l’autre vers le bas, puisse se retrouver rapidement devant un obstacle à son évolution vers une conscience plus élevée.

Cependant, il peut arriver aussi qu’un couple suffisamment solide devienne un facilitateur et un propulseur pour la démarche évolutive de l’un ou l’autre des partenaires, même lorsque les deux ne semblent pas avancer à la même vitesse ou n’utilisent pas exactement la même terminologie pour décrire leur trajet et leurs convictions.

Un couple solide pourra par exemple servir à maintenir un cadre de vie psychologique et matériel stable qui dégagera l’un ou l’autre des partenaires (ou les deux) de certains soucis du quotidien et facilitera la concentration des énergies disponibles vers de meilleures prises de conscience et la montée moins éreintante des marches de son évolution.

Tout cela cependant à condition que certains paramètres de base soient respectés.


Voici à ce sujet une liste non-exhaustive de quelques points de repère vous permettant de juger au moins sommairement du potentiel de facilitation de votre couple en regard d’une démarche évolutive pour vous. Ces points de repère, vous l’aurez remarqué, ressemblent étrangement à des manifestations d’un amour qui serait vécu à des niveaux supérieurs à ceux de la simple bonne entente cordiale, et bien sûr à ceux de la routine ou de la recherche d’un maintien artificiel des anciens comportements amoureux.

Les items de cette liste ne requièrent de votre part que la simple observation de caractéristiques présentes ou pas chez votre partenaire ou dans le couple et ne demandent qu’une réponse spontanée par OUI ou par NON à savoir si cette situation existe. À vous de juger ensuite si le nombre de OUI ou de NON sera suffisant pour décider d’un engagement renouvelé, pour réclamer une transformation du couple ou au contraire pour amorcer un mouvement de retrait.

À NOTER, POUR LES LECTEURS DES DEUX SEXES, QUE CHAQUE ITEM DE LA LISTE PEUT ÊTRE ÉGALEMENT LU DANS SA FORME FÉMININE.

  • Je le sens près de moi, en alliance avec moi, prêt à m’assister et à me soutenir en tout temps.
  • Il a un centre de gravité personnel bien défini. Il se tient droit et sait ce qu’il veut et ce qu’il ne veut pas.
  • Il n’y a pas de non-dits ni de zones grises entre nous. La transparence est totale et j’ai 100% confiance en lui.
  • Il a l’esprit ouvert à regarder, sans nécessairement être obligé de les adopter, des domaines ou des concepts qu’il ne connaît pas.
  • Il ne me juge pas dans ce que je vis ou ce que je souhaite. Au contraire il est attentif à saisir ce qui fait ma réalité et à mettre ses ressources au service de mon progrès.
  • Il n’essaie pas de me changer et de me rendre conforme à ses préceptes et valeurs.
  • Il est fluide dans ses prises de position, toujours ouvert et supportant, jamais blâmant ni rabaissant.
  • Il s’excuse sincèrement s’il m’a brusquée ou lésée.
  • Il se réajuste rapidement lorsqu’une information lui est donnée sur la relation.
  • Il ne me casse les pieds d’aucune façon.

Oui, quel programme! me direz-vous.

Mais il y a des choses dans la vie qui ne se négocient pas. Il y a des conditions fondamentales à l’évolution des individus. Les critères énumérés ci-haut se définissent carrément autour du respect et de la générosité psychique, deux ingrédients majeurs et «sine qua non» de tout amour réel, de tout amour que l’on souhaite être vécu à un niveau élevé.

En d’autres mots et en réponse plus directe à votre question, je ne verrais pas qu’il y ait grande possibilité dans votre couple, vu le niveau de conscience où vous semblez être rendue, de beaucoup d’écarts, s’ils existent, que vous pourriez tolérer très longtemps en rapport avec la liste précédente sans devoir être rapidement pénalisée au niveau de vos centres d’énergie et de votre propre évolution.

Dans un mouvement accéléré de développement de conscience, les temps de décision et de passage à l’action tout autant que la tolérance aux désajustements de toutes sortes sont considérablement et très rapidement réduits à mesure que le taux vibratoire s’élève.

Les piliers de l’amour

TEXTE de PIERRE-LUC 

«Parlez-moi d’amour» ont chanté les Boyer, Greco, Dalida, Aznavour, Bruel et beaucoup d’autres. Poètes, romanciers, artistes de scène et producteurs de films s’en donnent à coeur joie depuis toujours et font rêver femmes et hommes de ce parfum si envoûtant et aux modulations si diversifiées.

Quand les femmes et les hommes parlent d’amour, sur le plan terrestre s’entend, il se réfèrent la plupart du temps à l’émotion, au sentiment, au désir, à la passion ou au besoin de se lier les uns aux autres, pour quelques instants ou pour la vie, en d’autres mots à des éléments d’une programmation psychique, sociale, génétique et hormonale qui définit et encadre généralement leur existence.

Lorsque pour une raison ou une autre l’un de ces éléments faiblit, par exemple à cause de l’âge qui avance, de l’usure des événements, de la déception répétée, des traumatismes subis, des tentations qui s’offrent, des efforts de volonté à faire ou de la trop grande demande en générosité que requerrait la poursuite du lien, la souffrance apparaît.

Quand on parle d’amour sur les plans élevés de la conscience, on ne parle plus de cet univers amoureux des sentiments ni de cette attraction qui fait tant frémir et dans lesquels tout un chacun demande habituellement davantage à recevoir qu’à donner.

On parle plutôt de ces univers où le principe de base est la création et la maintenance d’un courant évolutif puissant qui, en couplage avec celui de la volonté, permet le passage d’une conscience supra-intelligente, au-delà de l’émotion, du sentiment, de la mémoire et du mental réflexif.

On parle dès lors d’un phénomène d’un tout autre niveau qui, sans renier la valeur évolutive éventuelle de manifestations d’amour dans la chair, le coeur ou l’âme pour les terriens, pousse ces éléments à un degré supérieur de transformation personnelle.

Pour accéder éventuellement à ces niveaux, il est important de reconnaître certaines lois ou piliers sans lesquels il n’est pas possible de toucher la vibration réelle de l’amour et de la maintenir en puissance dans une conscience en continuelle création.

Le premier de ces piliers est la centricité, c’est-dire la capacité de ne pas se laisser infléchir dans sa disponibilité à aimer par tout courant adverse qui pourrait vouloir l’affaiblir, la pénétrer ou la détourner à l’avantage de la loi du moindre effort ou de forces retardataires qui règnent sur l’homme depuis trop longtemps.

Cette centricité est celle du guerrier intégral qui traverse les zones de paix autant que de guerre avec la même placidité, le même discernement et la même disponibilité à se mettre en service à l’égard d’autrui qu’à sortir les armes, selon ce que commandera l’intelligence de la situation.

À la base, l’amour de haut niveau se détache temporairement du focus de son moi et met son énergie à la disposition d’un autre individu pour le propulser et le soutenir dans l’élévation de son propre niveau vibratoire.

Cette dynamique fondamentale de l’amour est en même temps soutenue par d’autres piliers, inséparables des précédents, notamment:

  • la qualité de présence qui fait qu’au moment où l’énergie d’amour est manifestée, la personne qui en est l’objet est la seule qui occupe le champ de l’esprit, à l’encontre de toutes les autres formes possibles d’interférences sur le canal énergétique entre les deux individus, tels le doute, les préoccupations et la dispersion mentale vers des attractions de toutes sortes,
  • le respect absolu, intégral et sans faille de la personne en direction de laquelle est projetée l’énergie de l’amour, impliquant par exemple la capacité de bien saisir la sensibilité de cette personne, la volonté de n’y jamais briser quoi que ce soit, la rapidité à s’excuser et à réparer rapidement s’il y a eu lésion et l’absence totale de jugement moral ou intellectuel sur la «valeur» de cet être,
  • un engagement à soutenir sans faille «l’objet» d’amour le temps requis par le processus auquel on aura accepté ou été amené à participer, d’une durée de quelques secondes comme lors d’un bref contact avec une personne inconnue sur la rue à quelques mois dans le cas de la formation d’un élève et à plusieurs années dans le cas de l’éducation d’un enfant.

Comme on le voit, sans nier l’importance du plaisir ou de la recherche d’un équilibre au niveau du corps, des sens, de l’émotion ou du sentiment, on est dans une zone où via l’application de tels principes, l’énergie de l’amour est portée à un niveau qui dépasse la condition normale d’homme ou de femme terrestre en proposant un passage à des facultés supérieures à tout ce que l’humain a pu connaître à ce jour.

En contrepartie, l’amour porté à ces niveaux devient rapidement générateur d’une joie puissante et profonde qui s’installe dans l’être qui l’héberge et lui fait vite oublier le pathétique fréquent de ses anciennes quêtes, complaintes et blessures, petites ou grandes, reliées à ses états et à ses ébats amoureux.

La peur de perdre

QUESTION par Sylvie (Montréal, Canada)

«Je parle au téléphone plusieurs fois par semaine avec une ancienne camarade de travail qui me confie en continu tous ses tracas et me tient en haleine quelquefois pendant des heures avec ses insuccès répétés dans la vie.»

«Mes conseils n’y changent rien et à mesure que j’avance en prise de conscience, je me rends compte que cette amie est de plus en plus lourde pour moi et que je suis souvent fatiguée après avoir raccroché.»

«J’aime bien cette personne. Elle est gentille et je ne veux pas la blesser. Nous avons un lien de longue date ensemble.»

«Comment m’y prendre pour sortir de cette impasse où je me perds en quelque sorte dans une relation qui ne semble aller nulle part?»


PIERRE-LUC :

De toute évidence, vous survivez actuellement au mieux de vos capacités dans une relation qui est devenue affaiblissante et toxique pour vous.

Au plan psychologique, vous souhaitez être gentille et ne pas blesser si vous intervenez pour rétablir votre équilibre. Vous êtes ainsi prisonnière d’une fausse manifestation d’amour qui contrevient à l’un des fondements de l’amour réel: celui d’être en équilibre et en puissance soi-même pour être en mesure de bien le rayonner à autrui.

Derrière cette paralysie d’action amenée par la fausse gentillesse, il n’est pas difficile de déceler une série de craintes qui sont championnes à saper rapidement l’énergie de quelqu’un: la peur de déplaire, la peur de se sentir coupable et fondamentalement à l’origine: la peur de perdre.

Ces failles de l’être humain sont d’ailleurs bien connues des forces qui s’opposent à sa montée en puissance et à l’évolution de sa conscience.

En d’autres mots, en hésitant à agir comme vous savez très bien que vous devez le faire, vous fragilisez à la fois vos fondations psychologiques et votre développement psychique au détriment de votre élévation vibratoire. Voyez comme votre taux vibratoire (que je sais être normalement assez haut) est affaibli, non seulement lorsque vous parlez à cette personne au téléphone mais même dans la saveur à la fois craintive et presque impuissante qui tend à imprégner le texte de votre message.

Je suis heureux d’accueillir votre question mais vous constaterez que je ne vous encourage pas beaucoup à tergiverser et à mettre en péril l’établissement déjà bien amorcé des fondations de votre esprit, cet esprit de haut niveau énergétique qui dépasse l’intellect hésitant du petit moi.

Donc, pour se sortir de pareil mauvais pas, il faut d’abord reconnaître qu’il y a mauvais pas, pour l’esprit notamment, et que la relation en question doit être dégagée, transformée, sinon éliminée. Il n’y a pas de tergiversation, ni de réflexion, ni même de gentillesse dans les mondes de l’esprit. Seule la volonté dans ce cas compte pour rétablir drastiquement les conditions qui permettront le passage des deux autres paramètres du triangle énergétique: l’amour réel et l’intelligence réelle.

Pour vous aider à démarrer votre mouvement de changement (parce que je sais que vous le ferez), demandez à cette personne si elle est satisfaite de votre relation actuelle. Et déjà à partir de sa réponse, verbale ou émotive, vous aurez un incitatif incontournable à proposer une transformation ou à vous éloigner rapidement de ce qui n’est plus nécessaire à votre vie évolutive.

À titre de suggestion, vous pourriez aborder concrètement votre intervention par des phrases classiques comme «J’ai bien réfléchi…» ou «Je ne suis plus comme avant…»

Dans tous les cas, je vous incite à prendre le risque et à casser très drastiquement cette peur de perdre qui vous limite, à l’image de la très grande majorité des humains d’ailleurs.