QUESTION par Jean-Paul B. (Montréal, Canada)

Bonjour Pierre-Luc,

Je me pose des questions devant la quantité imposante de matériel laissée par Bernard de Montréal à propos du supramental, et surtout sur la capacité d’un être humain des temps actuels d’assimiler ou d’intégrer réellement dans sa vie présente ne serait-ce qu’une petite partie de ces volumineuses informations.

Je sais pertinemment que tu as été beaucoup imprégné de cette approche au cours des années, que tu as bénéficié de plusieurs contacts personnalisés avec son auteur et que dans ta vie, tu es allé à ce jour beaucoup plus loin à mon avis que le simple ressassement répétitif des mots et concepts énoncés dans les textes et conférences que tout un chacun ré-écoute ou relit.

Donc j’aimerais savoir de ta propre expérience quelle serait la première de toutes les clefs à recommander à l’être humain d’aujourd’hui, pas celui du futur mais l’être humain actuel, une clef fondamentale qui soit réellement à sa portée aujourd’hui et qui soit concrètement applicable dans sa vie présente au-delà des seules connaissances enseignées, afin qu’il souffre le moins possible des féroces mouvements de changement de conscience qui s’abattent sans cesse sur lui…

PIERRE-LUC:

Je vais te répondre très simplement. Te connaissant, je sais très bien que tu sais que la conscience ne s’acquiert pas par l’égo, par le désir ou le vouloir, par les lectures ou les exercices, mais qu’elle suit son propre processus, que cet ego soit d’accord ou pas.

Que reste-t-il alors à l’humain dans sa partie terrestre comme outil d’évolution qui lui appartienne et comme protection face à ce harcèlement totalement inhumain venant du lointain?

On pourrait identifier plusieurs clefs majeures de survie pour le mortel dans cette guerre qui l’oppose aux forces non-terrestres et même à sa propre énergie sur les plans élevés.

Par exemple, veiller à ne jamais croire qui que ce soit ou quoi que ce soit et à rester en tout temps totalement conscient du mensonge et de la manipulation qui s’exercent constamment à travers la pensée et les événements. Ou encore utiliser la puissance de la parole vibratoire et de l’interface avec une autre intelligence pour augmenter son pouvoir de clairvoyance et de contenance face aux aléas de la vie.

Néanmoins, si je devais pointer une seule clef ou un seul principe qui dans son application immédiate dans le concret de la vie puisse rapidement sortir un individu de la souffrance et en même temps servir de facilitateur à l’application des autres clefs, je mettrais tout de suite de l’avant l’élévation vibratoire.

La fusion morontielle, le processus ultime auquel l’être de la nouvelle race est convié à court ou à long terme, repose fondamentalement sur l’élévation vibratoire de son mental, en parallèle avec sa capacité de contenir la transformation souvent brutale qui y mène.

La partie cosmique de ce travail d’élévation, celle qui est dirigée par des instances hors du contrôle du moi terrestre, se fait essentiellement par l’électrification à répétition des corps énergétiques et du mental de l’individu.

La partie qui revient au terrestre qui veut moins souffrir de cette électrification consiste pour sa part en deux actions principales, la première étant de ne pas obstruer le passage de la haute vibration, donc de nettoyer son terrain et son appareillage de toutes formes d’incrustations, d’implants mémoriels ou de blocages mentaux, émotifs ou physiques pouvant ralentir le processus, la seconde étant de pouvoir activer et élever soi-même sa propre vibration au besoin, par la parole créative notamment.

Lorsque je travaille en coaching d’élévation vibratoire sur un plan personnel avec les individus qui sont prêts à le faire, je commence toujours par un examen approfondi des lourdeurs énergétiques, mémorielles, relationnelles, émotives ou psychiques qui les affligent et empêchent par le fait même le courant d’élévation de bien passer et de faire son travail.

Des hésitations chroniques, des décisions non prises, de fausses impressions de soi, des mémoires anciennes non réglées, des relations toxiques envahissantes dans la vie présente ou un engagement insuffisant à vivre pleinement son incarnation actuelle en sont des exemples fréquents.

La neutralisation définitive de ces divers blocages requiert alors un temps très variable selon l’individu, selon le degré de ses résistances et de ses peurs, selon la rapidité de sa compréhension et surtout selon la force de sa volonté.

Aussi n’y a-t-il pas de plan systématique et universel à énoncer dans le travail conscient et volontaire à être fait par la personne pour l’élévation de sa vibration, sa situation étant traitée chaque fois à la pièce parce que beaucoup trop liée généralement à son histoire personnelle, à son mode de pensée et à ses routines de vie.

Une fois ce travail achevé ou en tout cas suffisamment avancé, il est possible de compléter ce mouvement actif d’élévation vibratoire par l’ajout d’outils supplémentaires beaucoup plus progressistes pour la personne, une oeuvre créative à sa mesure par exemple ou la mise en puissance d’une parole non-réfléchie, comme je l’ai précédemment mentionné.

Dans tous les cas, que l’être humain n’ait compris que ce principe de garder en tout temps une vibration haute dans un esprit totalement libre et puissant, et qu’il ait acquis la capacité d’élever volontairement ce niveau vibratoire de lui-même au besoin, il aura diminué de beaucoup les souffrances éventuelles de son initiation.

ME REJOINDRE