Revenons un peu sur cette histoire de «nouvelle fondation», ce projet volatil au nom improbable sur lequel je me suis intuitivement laissé promener depuis près de trois mois, mais qui ne m’a pas encore été expliqué très clairement par les «hautes sphères», sinon comme un gentil petit jeu créatif mis à ma disposition pour aider ma propre conscience à se focaliser davantage et à s’élever.

Ne serait-ce que pour cela, ce serait déjà beaucoup. C’est déjà beaucoup en réalité, puisque j’y vois des résultats personnels intéressants et que j’ai toujours du plaisir à jouer le jeu.

Mais y aurait-il quelque chose de plus?


Pour toute réponse, on m’indique qu’il y a plusieurs niveaux à considérer, plusieurs angles intéressants à partir desquels regarder une «nouvelle fondation».  

Rappel sémantique tout d’abord: une fondation, c’est ce qui supporte, c’est ce qui assoit, autant un édifice qu’une oeuvre à venir. C’est ce qui rend cette oeuvre solide, inébranlable et indestructible, c’est ce qui permet d’affronter le vent, les intempéries, les imprévus, les chocs, les tentatives de déstabilisation ou les oppositions de toutes sortes.

On parlera ainsi des« fondations» d’un gratte-ciel, d’un argument «bien fondé»,  de «fonds» de retraite ou encore de «fondements» d’une civilisation future.


On parle ensuite de la «nouvelle fondation» comme du phénomène énergétique planétaire actuel où s’installent graduellement les bases d’un nouveau cycle d’évolution humaine, d’un nouveau palier de conscience mentale, d’une nouvelle génération psychique d’individus, la sixième depuis la création de l’homme.

Cette opération est déjà en cours. Elle est indépendante du vouloir de l’homme, et pour le moment aussi, de sa compréhension.


À un palier plus individuel mais en étroite corrélation avec le précédent, on fait en même temps référence à une «nouvelle fondation du soi», un soi graduellement débarrassé de toutes les lourdeurs de l’âme, de la mémoire, de l’émotion ou de la personnalité, ramené en permanence à son seul et unique centre vibratoire et irrévocablement orienté vers un rapport d’alliance ultime avec sa contrepartie cosmique ou double systémique.

Cette fonction est essentiellement remplie par l’ajusteur de pensée, agissant de concert avec la programmation de vie de l’individu.


Au plan plus terrestre de l’action pragmatique accessible à l’homme actuel et pouvant être réalisée dans les années en cours, on évoque par ailleurs la nécessité d’une «nouvelle fondation» des sciences psychiques, d’une nouvelle fondation de la psychologie, d’une nouvelle fondation de l’information à être donnée à ce sujet, dans un premier temps au bénéfice d’individus présentement engagés de gré ou de force dans un processus accéléré d’élévation de conscience , et plus tard aux civilisations qui les suivront sur la planète ou ailleurs.

On mentionne à ce sujet une plateforme concrète d’échange, d’étude et de diffusion d’informations en réseau qui est en train de se former en différents points de la planète et dont le présent blog pourrait être l’un des éléments.

On évoque également la création éventuelle dans le temps d’une fondation juridique en bonne et due forme, destinée à soutenir et à propulser avec des moyens plus grands l’étude et la diffusion de la nouvelle science.

À l’échelle plus intime de «Pierre-Luc», on souligne finalement la nécessité pour lui de reconnaître encore plus clairement, face à lui-même et face à autrui, l’établissement des «fondations de sa nouvelle conscience».


Tout cela est très intéressant. Il ne me reste donc plus qu’à laisser aller le processus et à l’observer, de façon neutre et joviale, pourquoi pas?

PIERRE-LUC 

ME REJOINDRE