QUESTION par David L. (Québec, Canada)

Comment peut-on faire la distinction entre une personne qui est réellement éveillée et une personne qui se croit l’être?


PIERRE-LUC :

Un individu «éveillé» est quelqu’un dont les yeux psychiques et les capteurs systémiques sont plus ouverts que ceux de son entourage et qui a intégré dans sa personne un niveau vibratoire plus élevé que celui de l’homme normal.

Le niveau d’éveil qui qualifie l’individu pour le titre d’éveillé varie selon la tradition ésotérique ou spirituelle qui lui sert de toile de fond.

En général, il se dégage de l’individu éveillé une sorte de rayonnement d’où peuvent émaner force, puissance, sérénité, maturité, intelligence ou amour, rayonnement généralement perceptible par d’autres éveillés et par des personnes de vibration théoriquement moindre mais suffisamment sensibles à certaines subtilités énergétiques.


Au contraire, la personne qui voudra se voir comme éveillée mais sans l’être vraiment fera plus ou moins consciemment oeuvre constante pour se donner à elle-même et parfois aux autres, en remplacement d’un rayonnement réel qu’elle n’a pas, une «impression» de conscience.

Cette impression sera bâtie sur un ensemble de croyances, de concepts, de démarches, de quêtes et d’illuminations diverses plus ou moins ésotériques qui auront tendance à devenir le centre de sa vie, mais qui ne feront en réalité que présenter un «masque» de conscience, un «personnage» d’éveillé, en lieu et place d’une réelle intégration et d’une réelle identité.

Souvent, ces personnes se révéleront au départ bien intentionnées mais en même temps bien trop naïves et beaucoup trop enthousiastes à partager aveuglément la joie soudaine de leurs nouvelles connaissances pour être en mesure de bien discerner le niveau réel de leur éveil. Elles devront éventuellement, si l’orgueil et la vanité n’ont pas pris toute la place, être conseillées et recentrées, généralement après qu’elles seront passées par les inévitables expériences de déception et d’impuissance qui s’en seront suivies.


Voici quelques indices permettant de reconnaître un profil fréquent de faux-éveillé :

La personne s’identifie complètement à ses convictions, principes et croyances qui sont devenues en quelque sorte son identité. Elle est devenue une adepte.

Elle voue un culte illimité à une personne-clef ou à un groupe d’appartenance. Elle est devenue une disciple.

Elle est enfermée dans une terminologie très précise, répétitive et présentée comme inattaquable. Elle est devenue une automate.

Elle  a continuellement tendance à enseigner ses convictions, à persuader, à évangéliser, souvent quelle que soit la situation. Elle est devenue une apôtre, une «zélée de la conscience».

Elle manque souvent de discernement et de prudence, quelquefois même de respect pour la sensibilité et le degré de préparation des autres dans son approche évangélisatrice.

Elle est fière d’arborer le pavillon brillamment coloré de sa nouvelle science, même dans les contextes où il serait préférable de garder l’anonymat.

Elle se met facilement en danger dans ses conditions de vie par son approche trop enthousiaste et trop naïve.

Elle n’a que très peu intégré dans le concret de sa vie les principes qu’elle prétend savoir.


À noter que la liste n’est aucunement limitative. Un certains nombre de faux-éveillés adoptent un profil plus bas, plus introverti, d’apparence plus humble et socialement moins pro-actif. Ils ne s’en leurrent pas moins sur le niveau réel de leur conscience et de leur qualité vibratoire. Comme pour tous les autres, le temps devra faire son oeuvre sur leurs illusions.