Ce cher doute et ses dévoués associés

TEXTE DE PIERRE-LUC

Ça commence par un doute, un tout petit doute. Ai-je bien fait? Tout-à-coup que ça dérape? Peut-être que j’y arriverai pas? Peut-être que j’ai pris trop gros pour mes moyens? (remarquez les «tout-à-coup» et les «peut-être», insidieux, sournois).

Rapidement, la petite pensée en apparence banale parce qu’habituelle et trop bien ancrée dans le connu devient virale. À une vitesse folle, elle s’empare du ventre, de la poitrine ou de la gorge. Tout se resserre comme dans un étau. L’étau que l’on appelle inquiétude, anxiété ou angoisse selon son intensité et sa fulgurance.


Souvent, le terrain a déjà été bien préparé depuis l’enfance ou l’adolescence. Es-tu sûre que tu es capable? Tu te prends pour qui ? As-tu déjà pris une bonne décision au moins une fois dans ta vie? Te connaissant bien, tu ne seras jamais capable de maintenir ta décision! Ben!Voyons! Tu n’auras pas la force de mener tout ça à terme!

La liste de pareilles idioties est infinie mais bien connue. On n’a qu’à se rappeler certains souvenirs personnels, récents ou plus anciens, famille, école, couple ou travail. C’est vraiment fabuleux de voir combien on peut facilement désarçonner ou anéantir un esprit.


Pour la personne hypersensible, trop souvent un peu naïve et dépourvue d’affirmation ou de colère exprimée, la situation empire par l’intrusion rapide de la culpabilité. C’est vrai que je suis bonne à rien! J’aurais pu faire mieux! J’aurais dû me taire! Je fais toujours les choses à l’envers! Je suis une «looser»! Je mérite bien ce qui m’arrive!

Pas besoin d’être condamné et rejeté par les autres: on se rejette et se condamne soi-même!


Puis, la maladie devient chronique. Outre la culpabilité, la honte et l’humiliation qui deviennent prégnantes dans tous les tissus du corps et de l’âme, une personnalité très souffrante se forme autour du questionnement constant et de l’auto-flagellation. Du sombre quoi !

Un peu de chant plaintif avec ça pour enrichir le cocktail? Ou un boueux marécage de susceptibilité et d’acidité émotive? Ou un petit cancer peut-être? Et pourquoi pas une bonne dépression en attendant?


Le doute et ses dévoués acolytes ne pardonnent pas. Ni pour l’équilibre mental, ni pour la joie de vivre, ni pour la vitalité globale, ni pour la vie, quoi!

Le doute est un piège à cons, une coquille toxique, une prison insalubre, une condamnation à mort, celle de l’âme, celle du corps et celle de l’esprit.


Vous voulez y mettre fin? Sérieusement?


OSEREZ-VOUS …

Parler sans réfléchir?

Ne jamais regretter?

Uniquement assumer ce qui est, ce que vous avez fait ou ce que vous ferez?

Vous exclamer sans vous soucier de qui vous regarde?

Crier? Sauter? Chanter? Danser? Rire? Parler? Créer?

Parler plus fort, que l’on vous entende au-delà des murs de votre prison?

Contester le doute? Férocement? Vous opposer agressivement à lui? Le casser, lui et ses amis de toujours? 


Alors là, oui! Volonté et puissance! Vous abattez la domination!


ME REJOINDRE

SUR YOU TUBE

COACHING PERSONNEL

Un nouvel arrivant dans le réseau de partenaires

Aujourd’hui je vous présente un texte à mon avis intéressant par sa nouveauté et la créativité de sa terminologie, extrait d’une page du tout récent blog de Kevin Chevalier «Éclair de mots» et intitulé «La Néo-Psychologie».

Le blog lui-même dans son ensemble peut être stimulant à visiter, notamment la rubrique «Abécédaire du Plus-Que-Mental» à travers laquelle, c’est le moins que l’on puisse dire, l’auteur ne se prend de toute évidence pas trop au sérieux avec sa conscience et son intelligence.


LA NÉO-PSYCHOLOGIE

Qu’est-ce que la Néo-Psychologie ?

La Néo-Psychologie est une science novatrice dans le domaine de l’étude de l’humain et sa réalité.

Cette science n’est basée sur aucun fondement historique établie par l’Homme jusqu’à aujourd’hui, quel que soit le domaine qu’elle se décide d’aborder.


Origines

La Néo-Psychologie n’est pas l’œuvre du mental humain tel que celui-ci est appréhendé par la Psychologie classique, ou Proto-Psychologie. Elle tire son savoir d’une source qui peut être qualifiée d’extra-humaine, ou extra-mentale, bien qu’intrinsèquement lié à l’Homme.

Cette science n’a rien de mystérieux dans sa nature, sa fonction et sa manifestation pour la personne qui en supporte l’expression, dans la mesure où cette personne est capable d’être instruite à son sujet par cette science elle-même.


Nature

La Néo-Psychologie est avant tout une forme, un terme qui sert de support à une réalité intellectuellement insaisissable. Sa nature réelle peut être appréhendée comme étant une énergie vitale libre, instantanée et créatrice, se véhiculant elle-même par vibration vers le mental de l’Homme. Cette énergie est en elle-même extra-mentale et extra-universelle.


Fonction

Cette science peut être très sommairement approchée comme ayant une fonction évolutive, améliorative, expansatrice ou encore libératrice de ce que l’Homme appelle la conscience. Ceci ne peut définir exactement la fonction de cette énergie en ce sens qu’elle est elle-même la conscience dont l’Homme bénéficie, dans la mesure où il devient capable d’en capter la fréquence, entrant alors enfin dans les prémices d’un contact valable et non définitif avec sa conscience réelle.


Manifestation

L’énergie qui anime la Néo-psychologie et en permet le développement se manifeste à travers les individus capable d’en supporter la puissance vibratoire. Ceci n’exclue personne et deviendra éventuellement le devenir de chacun, selon le temps personnel qui correspond à ce genre de contact vibratoire.


Une science impersonnelle

Ainsi, la Néo-psychologie ne peut être la propriété de personne et peut être vue comme une science universelle descendant sur la planète pour établir ou marquer le passage de l’Homme à une nouvelle réalité, infiniment Procréactive.

Cette réalité étant infinie dans sa nature et créatrice dans son expression ne peut connaître de définition arrêtée et doit être considérée comme impersonnelle, surtout par ceux qui en font l’expérience en tant que support et manifestant. Ainsi peut-elle d’ailleurs se reconnaître et être discernée par ceux qui entreront en contact avec, quel que soit le matériel affirmant en être l’expression, tel que ce blog qui peut être lu avec curiosité, intérêt, plaisir éventuellement, mais surtout avec discernement, intelligence et un esprit critique pour ne faire d’aucun écrit une croyance ou une nouvelle vérité.


De la réalité au Réel

Pour mettre un point à ce préambule sur la Néo-psychologie, il convient de l’appréhender sur ce blog comme un outil d’étude de tout ce que l’humanité a aujourd’hui à sa disposition, comme tout ce qui la représente et la constitue. Cela pour ouvrir le plus possible les portes encore verrouillées de certaines réalités et accéder au Réel, prologue de la Vie.

A chacun d’ouvrir sa propre porte.

(Kévin)


PIERRE-LUC

ME REJOINDRE

CHAÎNE YOUTUBE

COACHING PERSONNEL

Pandémies et catastrophes : des tests pour l’esprit

TEXTE DE PIERRE-LUC

Il y a présentement, déferlant sur le monde, une pandémie de gouttelettes d’idioties en tous genres suscitée autant par les éternuements sensationnalistes des divers médias que par la peur viscérale de la masse devant un inconnu terrifiant qui les pousse à la frénésie de trouver vite quelque chose à quoi se raccrocher, si fallacieux et aussi imbécile que puisse être cette fragile bouée éventuelle, petit jouet de plastique sur une mer démontée.

Si nous survolons d’un peu plus haut le phénomène, nous voyons une masse humaine angoissée qui s’agite en tous sens pour tenter de colmater la fuite de repères qui la terrorise. Le cerveau primitif reptilien à son meilleur.


L’être plus conscient et plus proche de son intelligence réelle peut-il avoir accès à quelque chose de mieux ?


Catastrophes, menaces climatiques ou pandémies ne sont tout d’abord que des événements, un point c’est tout. Des événements au départ indépendants du champ magnétique vital ou émotionnel de l’être conscient qui, à partir de son degré d’élévation mentale et de maîtrise de ses divers processus internes, peut en faire soit un tsunami dévastateur pour lui-même, soit au contraire un moyen d’élévation et de gain de puissance de premier choix dans son parcours évolutif.

Prenons par exemple le cas d’une personne qui devant une situation perturbante risquant de se prolonger dans la durée s’appliquerait à respecter à la base au moins l’une des cinq règles suivantes :

1. Se reconnaître pour toujours comme détentrice d’une vibration et d’une autorité absolues et inébranlables, plus élevées en fréquence que celles de l’événement et de la peur que ce chaos charrie avec lui.

2. Pulser avec puissance son autorité mentale pour casser à tout moment en elle tous les registres de pensées qui veulent la faire glisser vers la crainte, la défaillance et la contamination sur tous les plans.

3. Se maintenir en créativité constante dans le domaine où elle excelle ou dans celui qu’elle a toujours voulu découvrir, arts, sciences ou expression de la parole par exemple, renforçant ainsi à la fois sa puissance de volonté, sa centricité et son système immunitaire à tous les niveaux.

4. Couper rapidement dans ses besoins, les faux et tous ceux qui veulent se présenter comme vrais à chaque instant, répondant honnêtement et sans complaisance chaque fois qu’elle commence à être envahie par le désir de quelque chose ou par l’envie de se plaindre de son absence à la fameuse question (froide et sèche) : «En as-tu vraiment besoin ?»

5. Couper intelligemment dans ses dépenses en énergie de «générosité inquiète», souvent basée sur la culpabilité résultant d’un appel émotif de l’âme à s’impliquer davantage dans une action de sauvetage, à ne pas rester les bras croisés devant le désastre et à prendre impulsivement une responsabilité personnelle dans l’événement en cours.

Se brancher à la place sur la «générosité intelligente» en posant froidement à l’esprit qui l’habite, donc à soi-même, une autre question exigeant uniquement comme réponse un «oui» ou un «non» définitif : «Est-ce que ça m’est demandé ?»


Cet être n’aurait-il pas alors fait preuve d’une intelligence évolutive réelle, au-delà de l’émotion et de l’âme, évolution qui le propulserait de façon accélérée vers son futur cosmique ?

N’aurait-il pas davantage de calme et de paix ? Davantage de santé ? Davantage de joie ?


ME REJOINDRE

CHAÎNE YOUTUBE

 

L’alliance solaire

PIERRE-LUC:

Je continue la série de textes innovants publiés récemment par des personnes de haut niveau de conscience qui manifestent leur créativité parallèlement à un travail de coaching personnel avec Sixième Fondation et qui ont accepté d’être présentées comme des partenaires de réseau . Voici donc aujourd’hui un texte de Isabelle (Le feu de l’esprit).

L’ALLIANCE SOLAIRE

Isabelle (Le feu de l’esprit)

Parfois, très rarement, on est amenés à faire des rencontres très particulières, de celles qui vous ramènent à une forme d’alliance originelle. Précisons d’abord qu’il y a toutes sortes de relations humaines sur cette planète.

Les plus connues, celles qui créent souvent le plus de remous, sont les relations qui se passent au niveau de l’âme. Souvent magnétiques, on a le sentiment de connaître la personne depuis toujours. On partage les mêmes intérêts pour un ou plusieurs domaines, on télépathe, on empathe, on compassionne et on s’illusionne. Si l’on admet que le karma est réel, on pourrait croire qu’on s’est rencontrés avant, dans une autre vie avec des rôles différents mais des sentiments qui ont perduré.

Lire la suite

Le serpent et le lion

PIERRE-LUC:

Continuant le mouvement entrepris il y a quelques semaines de vous présenter de temps à autre des personnes assez «haut-branchées» qui ont actionné leur créativité parallèlement à un travail de coaching personnel et ont accepté d’être présentées comme des partenaires de réseau avec Sixième Fondation, voici aujourd’hui un texte de Laura B.


LE SERPENT ET LE LION

Laura B.

Tu es seul, au milieu de nulle part. À la merci d’une faune aride. Tu as sorti ton arme. Tes mains sont moites. Non pas à cause de la chaleur, mais à cause de ta peur. Qui s’est décuplée une fois avoir entendu le rugissement de ce lion.

Un son qui t’immobilise. Un son qui se rapproche. Qui, malgré la terreur, te permet d’être prêt. Prêt à tirer. Pour finalement supprimer la menace.

Ainsi, ce rugissement n’est-il pas qu’un ultime acte d’arrogance de la part d’un prédateur qui se sait tout puissant ? Acte qui aura annulé tout effet de surprise. Qui aura armé ton besoin de survie. Et qui aura mis fin à la sienne.

Mais lorsque tu étais en train d’écouter attentivement ce son, lorsque tu étais en train de guetter le grand méchant lion, quelque chose d’autre te guettais.

Dans le silence, se mouvant dans une lenteur malicieuse, se trouvait une force presque imperceptible. Un prédateur que tu ne vis que trop tard. Car, autour de tes pieds, s’était tendrement enroulé un boa qui avait déjà commencé à te tuer.

Le danger est aussi silencieux. Il est aussi invisible.

Nul besoin d’être Lafontaine pour comprendre la morale de cette histoire.

La puissance ne prend que la forme qu’on lui donne. Elle n’a aucune préférence. Elle appartient à celui qui sait la porter.

On ne compare pas la force d’un lion à celle d’un serpent comme on ne devrait comparer la force d’un homme à celle d’une femme.

La force de l’homme, du mâle, n’est plus à démontrer.

Tel le lion, lorsque l’homme met en action sa puissance, elle est tangible. Épaisse, lourde et bruyante. À la vision de cet être qui nous impressionne, on est traversé par la peur. La gorge nouée, nous prions pour disparaître. Certains mêmes chercheraient à se soumettre.

Tel le rugissement du lion, il crée la terreur chez ses adversaires. Mais prend le risque d’être prévisible et surtout, visible.

Or, lorsque l’on voit le serpent, on est comme figé sur place. Hypnotisé par la peur. Une peur froide et silencieuse. Avec un désarroi terrible, de comprendre que l’on est impuissant.

Qui pourrait croire qu’une chose aussi informe puisse être aussi mortelle ?

La femme aussi, se meut dans les ténèbres. Tel le serpent, elle connait ses faiblesses dont elle joue comme elle use de ses qualités.

Elle sait que son image ne démontre pas sa force. Son corps n’est qu’une illusion de vulnérabilité éclipsant sa puissance réelle. Que tu comprends dans la fermeté de son regard. Dans sa patience et sa résilience. Dans le silence mortel caché derrière ses lèvres.

La puissance de la femme ne prévient pas.

Tu n’as pas à choisir entre vouloir être un serpent ou un lion. Car tu n’es ni serpent ni lion.

Tu n’as pas à choisir quel genre de prédateur, quel genre d’individu être. Car tu n’es rien d’autre que toi-même. Et la puissance prendra ton visage lorsque tu la mettras en application.

Reproduire la force d’un autre n’est alors que l’emprunt d’une force qui s’est dénaturée. Et non la création pure et réelle de puissance. Qui, elle, n’a aucun prédateur.


«LAURA B.» (SITE WEB)

«SIXIÈME FONDATION» (YOUTUBE)

ME REJOINDRE

L’importance du coaching personnel

QUESTION par Raphaël S. (Granby, Canada)

Dans tes articles et tes vidéos YouTube, tu mets beaucoup l’accent sur le «coaching» dans le travail que tu fais avec les gens en développement supramental. Personnellement, je n’adore pas le terme «coaching» qui est devenu dans les dernières années très galvaudé et apprêté à toutes sortes de sauces, pas toutes très gastronomiques d’ailleurs.

En plus, je me demande si ce service est vraiment nécessaire pour faciliter l’évolution supramentale d’un individu, sachant que le processus est téléguidé par en-haut quoi qu’il arrive et que l’égo n’a rien à faire d’autre que de devenir totalement neutre dans le processus.

Merci de considérer ma provocante question et de répondre à mes angoisses existentielles sur le sujet…

PIERRE-LUC:

Cher Raphaël, je reconnais bien là ton esprit aiguisé, un peu moqueur et légèrement provocateur, à l’image de celui du jeune voisin qui veut t’entraîner dans une compétition amicale au terrain de jeu pour déterminer qui frappera la balle le plus loin, toi le vieux ou lui le jeune. Je ris dans ma barbe.

Pour répondre à ta question, je te signale d’abord, comme tu l’as sans doute remarqué, qu’un grand nombre de gens qui parlent du supramental, en privé ou en public, ne vivent pas un supramental réel, un supramental réellement intégré à leur conscience et immédiatement détectable dans la pulsation de leur parole ou de leurs actions de vie.

Lire la suite

L’orgueil et la crainte

QUESTION par Molina (Aguessac, France)

Quel est selon vous le pire défaut qu’un être humain puisse avoir dans son parcours évolutif vers une conscience plus élevée ?

PIERRE-LUC:

Parmi toute la panoplie de tares pouvant affecter l’évolution de conscience d’un individu, j’en choisirai deux principales que je rencontre notamment assez fréquemment chez des personnes qui viennent en contact avec moi: l’orgueil et la crainte.


La crainte est ce mouvement d’appréhension et de recul, quelquefois de paralysie totale, qui tend à s’emparer de soi et à dominer toute la psyché au moment de poser une action.

La crainte prendra différentes formes. Lire la suite

Les fêtes et le monde astral

QUESTION par Mélanie (Joliette, Canada)

Quels sont les dangers pour une personne en cheminement vibratoire de participer à diverses fêtes familiales ou sociales comme les rencontres de Noël ou du Nouvel An, à mon avis très soumises dans leur nature et leur déroulement aux lois et aux influences des mondes astraux ?

PIERRE-LUC:

Il y a une nette différence entre se perdre dans un contexte vibratoire particulier, les fêtes collectives par exemple, et se servir de certains éléments d’une ambiance festive pour se détendre l’esprit, relaxer son affectif et régénérer son corps, notamment de par les humeurs joyeuses et sautillantes qui peuvent imprégner ces rencontres lorsqu’elles sont réussies. C’est à dire lorsqu’on a pris les précautions essentielles pour qu’elles soient bien réussies.  

Lire la suite

Les petites boucles

PIERRE-LUC:

Je ne suis pas sans savoir que plusieurs d’entre vous qui me lisez s’attendent plus ou moins consciemment à ce que dans mes articles successifs je parle toujours du supramental dans ses concepts, notions et principes élevés pour les disséquer et les expliquer à l’infini, alors que mon travail principal sur ce blog, autant que sur ma chaîne YouTube et dans mes sessions de coaching personnel est de propulser des personnes réelles dans la puissance de leur vibration fondamentale, un travail essentiellement centré sur la créativité individuelle et sa manifestation sur tous les plans.

Depuis peu, autant sur ce blog que sur ma chaîne YT, je vous présente de ces personnes «haut-branchées» qui ont actionné leur créativité tout en faisant un travail d’élévation vibratoire avec moi, donc à travers la manifestation de ma propre force créative mise en alliance avec elles.

Ces personnes sont psychiquement et à divers titres des partenaires travaillant en réseau avec Pierre-Luc et Sixième Fondation.

Aujourd’hui, ce sera «Guerrière du réel» qui part de sa propre élévation pour créer une vibration de discernement, de vigilance et de volonté au moyen de textes inspirants comme «Les petites boucles». Lire la suite